Accueil Mobilité Auto-moto

Plus de 40 amendes pour un montant de 11.500 euros: terrible mésaventure pour cet automobiliste, «À chaque fois que je vais à la boîte aux lettres, j’appréhende, j’ai peur de perdre mon permis»

Mauvaise surprise pour cet automobiliste qui, verbalisé à la place d’un autre, totalise 42 amendes pour un montant de 11.500 euros.

Il l’a acheté sur leboncoin et trouvé le bon moyen de ne perdre aucun point, sur le dos de Stanislas qui lui a vendu son fourgon l’hiver dernier. À la charge de l’acquéreur, le transfert de la carte grise n’a jamais été réalisé et dix mois plus tard, toujours propriétaire officiel du véhicule, Stanislas n’en peut plus de recevoir des amendes à son domicile de Reims : 42 au dernier pointage ce lundi 5 décembre, pour un montant de 11.500 euros et une perte virtuelle de 53 points sur son permis.

« À chaque fois que je vais à la boîte aux lettres, j’appréhende : est-ce que je vais encore en recevoir aujourd’hui ? Certains jours, il n’y a rien. D’autres jours, ça arrive par quatre ou cinq. Je suis technicien. Je roule beaucoup pour mon travail et j’ai peur de perdre mon permis. Ça me stresse tellement que je prends des cachets. », déclare-t-il auprès de nos confrères de L’Union.

de videos

Le responsable de cette situation serait domicilié dans le XIIe arrondissement de Paris. Il avait contacté Stanislas pour lui acheter son Citroën Jumpy. Après de précédents échanges autour du prix, le téléphone du Rémois sonnait le 17 janvier à 21 heures. « C’était le Parisien. Il était d’accord. Il m’a dit : « On prend la route, on arrive, on sera là pour 23 heures. » » La femme de Stanislas n’était guère rassurée. « Je trouvais ça bizarre de venir aussi tard. J’ai demandé à Stanislas de fixer le rendez-vous devant le commissariat et d’y aller avec son beau-frère. » Accompagné d’un chauffeur, « le Parisien » était à l’heure. Transaction conclue, il repartait avec le fourgon payé 2.700 euros.

Début mars, Stanislas ne pensait plus à cette vente lorsqu’en allant relever le courrier, il découvrait une contravention à son nom : le Jumpy avait été flashé en excès de vitesse sur une autoroute de la région parisienne, premier PV d’une longue série toujours en cours. Excès de vitesse ou défauts de titre de stationnement, le fourgon les collectionne en banlieue et dans la capitale.

À ce jour, Stanislas n’a pas encore perdu un seul de ses douze points ni payé l’une des 42 amendes car il les conteste, mais il sent l’étau du Trésor public se resserrer. Le 30 novembre, il a reçu un « avis de poursuites par huissier de justice » lui réclamant le paiement d’une amende majorée de 95 euros qu’il avait oublié de contester dans le flot de celles qu’il reçoit.

Le vent va-t-il finir par tourner ? Stanislas a saisi un avocat et déposé plainte. À l’époque des premiers PV, il avait bien tenté de s’expliquer avec « le Parisien », espérant une étourderie que celui-ci s’engagerait à régulariser, mais l’accueil fut rock’n’roll. Lors de cet appel (il fait le mort depuis), le chauffard lui avait raccroché au nez en le saluant d’une agréable formule de politesse : « Tu sais quoi ? Va t’faire enc… ta race ! »

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo
Nos partenaires vous proposent
A ne pas rater

Aussi en Auto-moto

Voir plus d'articles