En ce momentCorruption au Parlement européenMercato Accueil Sports Hockey

Les Indoor Red Lions rêvent d’un podium européen

Même si l’affiche est relevée à Hambourg, les joueurs belges possèdent de solides ambitions pour ce rendez-vous. La maturité du groupe et les nouveaux fondements de jeu pourraient leur permettre d’atteindre leur objectif.

D’ici quelques heures, les protégés de Maxime Bergez entameront leur campagne européenne, à Hambourg, avec la ferme intention de terminer sur l’une des marches du podium. Mais pas question néanmoins d’aborder ce tournoi la fleur au fusil. Les Lions sont parfaitement conscients de leurs qualités. Et ils savent, surtout, qu’ils n’évoluent pas encore au niveau des 2 principaux candidats pour le titre, à savoir l’Autriche, les numéros 1 mondiaux, et l’Allemagne (2).

Sur place depuis mardi après-midi, les joueurs belges ont eu l’occasion de s’acclimater et de prendre leurs marques dans cette magnifique salle qui peut accueillir plus de 4.000 spectateurs. « Nous avons vécu une très longue journée puisque nous avons seulement pu nous entraîner à partir de 21 heures », explique le nouveau capitaine, Max Plennevaux. « Les dimensions de la surface de jeu sont celles attendues et le revêtement est très bon. Il accroche parfaitement aux pieds et il permet de proposer un jeu rapide. Les Allemands ont réellement mis les petits plats dans les grands pour ce rendez-vous. C’est vrai que la préparation était assez courte mais très bonne. On a pu le constater, le week-end dernier, avec nos bonnes prestations lors du tournoi 4 Nations organisé à Sport Village. Nos objectifs sont clairs puisque nous visons une médaille même si nous sommes bien conscients des qualités de nos adversaires. Mais nous sommes prêts à relever le défi. Tout le monde s’est bien adapté physiquement à l’issue de la saison outdoor avec un jeu plus explosif et des positions plus basses. »

Cet Euro 2022 se disputera à 6 nations vu les forfaits imposés à la Russie et à la Biélorussie. Les Indoor Red Lions affronteront donc successivement l’Allemagne (2), l’Autriche (2), les Pays-Bas (7), la République tchèque (5) et la Suisse (9) avant les rencontres de classement programmées, dimanche. « Cette formule ne change finalement pas grand-chose », poursuit l’attaquant de l’Orée qui disputera son 2e championnat d’Europe. « On affrontera tous nos adversaires et il faudra pouvoir battre tout le monde si on peut remporter cet Euro. Mais c’est vrai que la première journée de jeudi sera déjà importante avec des duels face à l’Allemagne et à l’Autriche. En hockey indoor, il n’existe jamais réellement la possibilité de prévoir une période d’acclimatation. Il faut être prêt dès l’entame des hostilités. »

Un ADN parfaitement lisible pour l’ensemble du groupe

Même si finalement, les Indoor Red Lions devront se passer des services de Nelson Onana (remplacé le week-end dernier par Manu Cockelaere), le noyau de Maxime Bergez semble équilibré et surtout compétitif. Le staff et les joueurs ont travaillé vite et bien pour présenter une équipe performante qui enchaînera, en février prochain, avec une Coupe du monde en Afrique du Sud. « C’est exact que la discussion autour de l’ADN de cette équipe a été mise sur la table dès les premiers jours de la préparation », conclut encore Max Plennevaux. « Il fallait définir un ADN clair pour tout le monde et le tournoi 4 Nations a permis de dissiper les derniers doutes. Nous proposons un jeu offensif qui nous permet de mettre en évidence nos qualités. Mais nous nous appuyons également sur une structure défensive solide. Nous voulons jouer vers l’avant mais en plaçant toutefois un focus important sur les bases défensives qui demeurent essentielles. Nous nous appuyons sur une structure qui fonctionne avec 5 ou 6 joueurs à maturité qui encadrent parfaitement les nouveaux venus. »

Les 2 rencontres de ce jeudi face à l’Allemagne, tenante du titre, (12h00) et à l’Autriche (18h15) permettront donc de poser les premiers jalons de ce tournoi européen lors duquel les Indoor Red Lions tenteront d’arracher une médaille ou, même, de faire aussi bien qu’en 1976 (à Arnhem), et en 2018 (à Anvers) où ils avaient décroché l’argent. Un objectif ambitieux mais réaliste si tout s’aligne pour un groupe arrivé, semble-t-il à une certaine maturité.

Notre sélection vidéo
Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Aussi en Hockey

Voir plus d'articles