En ce momentCorruption au Parlement européenMercato Accueil Régions Bruxelles Actualité de la région de Bruxelles

Bruxelles Mobilité cherche des alternatives aux blocs de béton

Des blocs de béton sont souvent utilisés pour tester des situations de mobilité. Face au côté peu esthétique et aux critiques, Bruxelles Mobilité étudie la possibilité d’utiliser d’autres mobiliers urbains à l’avenir. Explications.

La page Instagram « Mercy for the Brussels Jerseys » recense les blocs de béton loufoques et inutiles. Et cette page Instagram n’est pas la seule à déplorer les nombreux blocs de béton disposés sur les voiries de la région bruxellois. Le député bruxellois, David Weytsman (MR), a interpellé la ministre de la Mobilité, Elke Van den Brandt (Groen), sur le sujet en commission mobilité. Il souhaiterait que la Région change de méthode concernant les blocs de béton.

La ministre justifie l’utilisation de blocs de béton pour son côté « temporaire ». « Dans la phase de diagnostic d’un plan de circulation, on réfléchit ensemble avec les citoyens sur les mesures pour apaiser le quartier. Dans la phase de mise en œuvre, on évalue la nouvelle situation et on l’adapte si besoin. Cette phase de mise en œuvre travaille d’abord avec des aménagements temporaires et transitoires, ce qui est nécessaire au cas où le test doit être adapté sur base de l’évaluation. Ensuite, nous pouvons choisir pour des matériaux plus durables grâce à un aménagement définitif », déclare Elke Van den Brandt en commission.

« Nous voulons que tous les usagers de la route puissent se déplacer en toute sécurité dans cette phase. C’est pourquoi il faut parfois des objets fonctionnant comme obstacles physiques mais temporaires (car nécessitant être évalués) qui offre cette sécurité, avant tout pour les modes actifs. Les blocs de béton sont surtout un outil qui permet de solutionner un problème de sécurité routière immédiatement. Il n’est plus acceptable d’attendre des années pour améliorer la sécurité alors que des endroits sont identifiés comme étant dangereux. Les pistes cyclables ont par exemple été protégées par des blocs de béton à la demande des associations cyclistes et nous savons des enquêtes de satisfaction que ces blocs améliorent le sentiment de sécurité », justifie la ministre.

Alternatives à l’étude

Toutefois, elle reconnaît le côté peu esthétique. « Les alternatives étudiées par Bruxelles Mobilité sont des potelets, séparateurs, bordures, bacs à fleurs, îlots préformés, gluestone, bordures et en fonction des endroits caméras ANPR, modules de jeu ou de sport, etc. Dans le cadre des contrats locaux de mobilité, des subsides ont été octroyés aux communes, entre autres, pour la mise en place rapide de mobiliers urbains de ce type. Pour le futur on proposera des alternatives dès que possible », conclut Elke Van den Brandt.

Notre sélection vidéo
Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo A ne pas rater

Aussi en Bruxelles Actu

Voir plus d'articles