Accueil Ciné-Télé-Revue Streaming Netflix

«Je suis vraiment inquiet pour la sécurité de ma famille»: le prince Harry se livre comme jamais dans le docu Netflix, et dénonce «l’exploitation et la corruption au sein des médias»

Le documentaire explosif « Harry et Meghan », dont les trois premiers épisodes sont disponibles sur Netflix, revient sur l’histoire d’amour du couple… et tacle sévèrement la presse britannique.

« Personne ne connaît toute la vérité, à part nous  » : par ces mots, Harry et Meghan ont définitivement tourné le dos à la famille royale britannique, promettant de raconter leur propre histoire, leur version des faits dans un documentaire explosif, morcelé en deux parties pour Netflix.

de videos

La première revient sur leur rencontre et leurs débuts amoureux ; la seconde, attendue jeudi prochain (15 décembre), devrait explorer les raisons qui les ont poussés à quitter Londres. « Avec toutes les fausses informations qui circulent, y compris à notre sujet, cela semblait être une idée judicieuse », préviennent d’emblée les Sussex. « Des livres ont été écrits sur nous, par des gens que je ne connais pas. N’est-il pas plus logique d’entendre notre histoire de notre bouche ? »

Pour commencer, Netflix explique que tous les témoignages ont été recueillis en août 2022, alors que la reine Elizabeth II régnait encore. Le service de streaming indique par ailleurs que le Palais n’a pas souhaité faire de commentaire, alors que celui-ci a fait savoir de son côté qu’il n’avait pas été approché pour réagir.

Cette première partie du documentaire dresse également un portrait au vitriol des journalistes anglais. « Je suis vraiment inquiet pour la sécurité de ma famille  », confie Harry depuis l’aéroport d’Heathrow, avant de poursuivre : « J’ai l’impression qu’en faisant partie de cette famille, il est de mon devoir de dévoiler cette exploitation et cette corruption qui se produit au sein de nos médias. »

« C’est le chasseur contre la proie »

Et de comparer la situation de son épouse à celle de sa mère, Lady Di, toutes deux ayant souffert de la « pression publique » exercée par les tabloïds, qu’il accuse de persécution. « Voir une autre femme que j’aime traverser cette frénésie, c’est difficile. C’est le chasseur contre la proie  », partage le cadet du roi Charles III. « Peu importent les efforts que je faisais, si je me comportais bien, ce que je faisais, ils trouvaient toujours un moyen de me détruire », ajoute Meghan.

Des images de l’interview confession de Diana, réalisée en 1995, sont par ailleurs exploitées… alors que le prince William avait spécifiquement demandé de ne plus jamais diffuser ces images.

A lire aussi

Voir toutes les news