Accueil Ciné-Télé-Revue Télé

«Ce sera lui et personne d’autre»: Laeticia Hallyday présente l’acteur belge qui jouera Johnny Hallyday dans un biopic en préparation

Avant la diffusion du docu «Johnny par Laeticia» (lundi sur RTL) et l’inauguration d’une expo-événement, la veuve du rockeur nous a accordé un long entretien sans langue de bois, où elle se confie notamment sur les projets autour de son défunt mari.

Le documentaire qu’on découvrira ce 12 décembre est unique à plus d’un titre, à commencer par les images intimes qu’on y trouve…

Avec Johnny, j’ai fait des vidéos durant presque vingt-cinq ans de toutes les étapes de notre vie. Comme la plupart des familles le font. Il y a plus de 700 heures d’images. Jamais je n’aurais pensé qu’elles serviraient pour un documentaire. Et puis, j’ai rencontré le réalisateur William Karel, qui avait fait des documentaires sur Isabelle Huppert ou Godard. Et en discutant, l’idée de ce film est née. Je lui ai donné les images, sans rien censurer, et c’est lui qui les a sélectionnées.

de videos

C’est un film très fort, où vous n’esquivez aucun sujet, y compris les plus douloureux. Il fallait une sincérité totale ?

C’est un documentaire sans filtre. Je voulais raconter notre vie et montrer qu’il était un être extraordinaire, mais aussi avec un côté obscur. Je devais parler de ses combats, que ce soit contre ses addictions, la maladie, dans son métier… Ce sont tous les paradoxes de sa vie. On le découvre avec une âme d’enfant, farceur, mais également avec ses démons, ses failles, ses faiblesses. Ce qui est beau aussi, c’est qu’on voit un homme changer à travers l’adoption de Jade et Joy, qui a réparé les traumatismes liés à son abandon.

A ce propos, comment vont-elles ?

Bien, mais elles luttent aussi. Toutes les trois, on a appris ce qu’était le vrai chagrin. Leur papa leur manque à chaque moment de la vie. Joy était encore une enfant et Jade commençait à entrer dans l’adolescence, un âge où on a besoin de la figure paternelle. Et en tant que maman, je me suis retrouvée à devoir jouer les deux rôles, ce qui n’est pas évident. Mais il faut avancer, car si la douleur restait comme au premier jour, on ne pourrait pas vivre.

Lors du conflit autour de l’héritage, on vous a fait passer pour la méchante, la marâtre. Comment vous l’avez vécu ?

Ç’a été très violent. On apprend à se protéger, à mettre de la distance, sinon ça devient un poison qui vous ronge. Je n’ai pas voulu tomber dans la rancœur. J’ai préféré avancer dans mon deuil, être là pour mes filles. Le reste, je me suis dit que le temps ferait son œuvre et qu’un jour venu, on remettrait l’église au milieu du village. Le documentaire, dans lequel on l’entend beaucoup parler, permet d’écraser les affabulations.

Vous avez d’autres projets ?

Oui, un film sur sa vie. Le biopic est en cours d’écriture. On a déjà l’acteur, ce sera votre compatriote Matthias Schoenaerts. Ce sera lui et personne d’autre. Il est Johnny. On a aussi un projet de comédie musicale.

L’intégralité de notre longue interview avec Laeticia Hallyday est à lire dans le Ciné-Télé-Revue de cette semaine.

L’expo sera à découvrir du 20 décembre au 15 juin, au Palais 2 du Heysel. Infos : johnnyhallydaylexposition.com.

A lire aussi

Voir toutes les news