En ce momentCorruption au Parlement européenMercato Accueil Régions Bruxelles Actualité de la région de Bruxelles

Procès des attentats à Bruxelles: Ali El Haddad Asufi aurait tout fait pour éviter d’être transféré

Ali El Haddan Asufi, l’un des accusés au procès des attentats de Bruxelles, s’est vivement opposé à son transfert en direction de la salle d’audience de la cour d’assises, selon un procès-verbal établi jeudi matin par la police de Bruxelles.

L’accusé avait demandé jeudi matin à recevoir une assistance médicale après avoir expliqué au début de l’audience avoir été étranglé par un policier lors de son extraction de la prison de Haren en vue de son transfert au Justitia. Il avait également expliqué avoir perdu connaissance. Un médecin légiste désigné par la présidente de la cour d’assises, Laurence Massart, a estimé que l’accusé présentait des blessures compatibles avec les faits qu’il disait avoir subis. Le médecin a toutefois estimé qu’il était apte à comparaître. Lui et les autres accusés du box ont malgré tout décidé de quitter la salle d’audience.

Son avocat, Me Jonathan de Taye, a alors indiqué avoir déposé plainte auprès du parquet mais la police locale de Bruxelles Capitale-Ixelles avait déjà dressé un procès-verbal pour rébellion contre El Haddan Asufi jeudi matin après l’incident.

La VRT a pu consulter le procès-verbal et il semblerait que l’accusé n’a absolument pas voulu coopérer à la fouille précédant son transfert et aurait été amené avec difficulté. Ce faisant, il aurait été attrapé au niveau de la poitrine et poussé contre le mur, mais pas étranglé. Il aurait aussi feint un évanouissement. Aux yeux du policier impliqué dans l’incident, il a tout fait pour ne pas être conduit à la cour d’assises ou pour y arriver avec des traces de violence, selon la VRT.

Notre sélection vidéo
Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo A ne pas rater

Aussi en Bruxelles Actu

Voir plus d'articles