Abonnez-vous pour 1€

Si l’on se base sur les statistiques et les tendances historiques de la Coupe du Monde, la Belgique va être sacrée en Russie!

© Reporters
© Reporters

Grâce aux statistiques et aux tendances des tournois passés, la BBC a réussi, en procédant par élimination, à trouver la nation qui pourrait soulever la Coupe du Monde le 15 juillet en Russie.

> Étape 1 : Les équipes tête de série

Premier écrémage : ne garder que les équipes, parmi les 32 en compétition, qui sont têtes de série (elles étaient dans le pot 1). Car depuis 1998 et que la Coupe du Monde se joue à 32 équipes, toutes les équipes sacrées étaient tête de série. Le dernier exemple d’une équipe championne du monde sans avoir été tête de série ? L’Argentine… en 1986 !

Sont donc éliminées 24 équipes, qui n’étaient pas dans le pot 1 lors du tirage au sort des groupes de la phase finale.

Vainqueurs potentiels restants (8) : France, Allemagne, Brésil, Portugal, Argentine, Belgique, Pologne et Russie (hôte).

> Étape 2 : Les pays hôtes l’emportent rarement

Depuis 1978, c’est-à-dire lors des neuf derniers tournois, seule la France a remporté le trophée chez elle, en 1998. Exit donc la Russie.

Vainqueurs potentiels restants (7) : France, Allemagne, Brésil, Portugal, Argentine, Belgique, Pologne.

> Étape 3 : Une bonne défense en qualification

Depuis 1998 et le début du tournoi à 32 équipes, aucun des champions n’a concédé plus de 4 buts sur les sept matches menant au titre suprême.

Lors des qualifications, la Pologne avait encaissé 1,4 but par match. Avec un tel ratio, elle est donc « éliminée ».

Vainqueurs potentiels restants (6) : France, Allemagne, Brésil, Portugal, Argentine, Belgique.

> Étape 4 : Etre Européen

Dans l’histoire de la Coupe du Monde, les champions ont toujours été des équipes européennes ou sud-américaines. Deux faits : les équipes européennes se déplacent mieux à l’étranger qu’auparavant (victoires de l’Espagne et de l’Allemagne respectivement en Afrique du Sud et au Brésil) et les tournois sur le sol européen sont remportés presque toujours par des équipes européennes. Seule exception : le Brésil avait remporté le tournoi en Suède en 1958. Exit donc l’Argentine et le Brésil.

Vainqueurs potentiels restants (4) : France, Allemagne, Portugal, Belgique.

> Étape 5 : Avoir un bon gardien de but

Quatre des cinq meilleurs gardiens des tournois précédents ont été champions du monde avec leur équipe respective. Il faut donc un bon gardien de but pour être sacré. La France (avec Lloris), la Belgique (avec Courtois) et l’Allemagne (avec Neuer) sont parés. Beaucoup moins le Portugal avec Rui Patrício…

Vainqueurs potentiels restants (3) : France, Allemagne, Belgique.

> Étape 6 : L’expérience

Depuis les phases finales à 32 équipes, la tendance montre que ce sont les équipes qui ont le plus d’expérience qui remportent le Graal. La moyenne du nombre de sélections par joueur qualifié est donc ici importante. Dans les trois équipes restantes, la France est hors jeu avec 24,56 caps en moyenne par joueur de sa liste. L’Allemagne est à 43,26 et la Belgique à 45,13. Exit la France, avec son noyau trop peu expérimenté.

Vainqueurs potentiels restants (2) : Allemagne, Belgique.

> Étape 7 : Rarement deux fois de suite !

Seul le Brésil a remporté deux fois le tournoi de suite, en 1958 et en 1962. Plus aucune équipe depuis lors n’a réussi pareille performance. Et même si l’Allemagne arrive souvent bien classée, cette statistique ne parle pas en la faveur des Champions du Monde en titre.

Vainqueur potentiel final : la Belgique.

Ce ne sont ici que des statistiques et des tendances basées sur l’Histoire de la Coupe du Monde, mais c’est toujours bon à prendre pour l’équipe de Roberto Martinez.

© Reporters
© Reporters

Foot amateur et chez les jeunes

Notre sélection vidéo