Colfontaine: Lionel Pistone sera la tête de liste de C.Plus

Les quatre candidats réunis (de gauche à droite) : Didier Golinveau, Cécile Dascotte, Lionel Pistone et Esmeralda Lemaire-Becattini.
Les quatre candidats réunis (de gauche à droite) : Didier Golinveau, Cécile Dascotte, Lionel Pistone et Esmeralda Lemaire-Becattini. - D.R.

À Colfontaine, le paysage politique a quelque peu changé en l’espace d’un mois. Rappelons qu’à la surprise générale, Maria-Mercedes Dominguez, ancienne tête de liste de l’opposition C.Plus, a quitté le cartel composé de membres du cdH, d’Ecolo, de Défi mais aussi de citoyens, et a finalement décidé de rejoindre la majorité socialiste (La Province du 16/05/2018). « C’est la saison des transferts un peu comme au football. Nous n’étions plus sur la même longueur d’onde. L’ambition personnelle prend parfois le pas sur le projet collectif », commente Cécile Dascotte, conseillère communale. Après le départ de Maria-Mercedes Dominguez, l’opposition a dû prendre les dispositions qui s’imposaient à quelques mois des élections.

Liste pluraliste

« Nous sommes partis d’un constat. L’image de Colfontaine est catastrophique : espérance de vie plus basse qu’ailleurs… », annonce d’emblée la nouvelle tête de liste, Lionel Pistone. Cécile Dascotte, en deuxième position, explique pourquoi le choix s’est porté sur le conseiller communal : « Lionel est le candidat le plus jeune de la liste. Nous misons sur l’avenir. » Didier Golinveau (Défi) occupera quant à lui la troisième place dans la liste, sans oublier Esmeralda Lemaire-Becattini (citoyenne) en quatrième position. Mais la liste de l’opposition n’est pas encore finalisée. D’autres citoyens pourraient encore la renforcer jusqu’à la mi-septembre. « Nous essayons de créer la liste la plus pluraliste possible », affirme Cécile Dascotte. Pour l’heure, seuls 27 candidats complètent la liste de l’opposition.

À quelques mois des élections, l’opposition C.Plus veut absolument redorer l’image de Colfontaine. Lionel Pistone, tête de liste du cartel, réclame entre autres une commune plus participative. Les Colfontainois doivent être écoutés, rappelle-t-il. La lutte contre la pauvreté, la mobilité douce et la sécurité sont également des axes importants de leur programme. L’opposition C.Plus tient d’ailleurs à saluer le travail effectué par des associations telles que la Petite Maison du Peuple : « Leur succès est finalement un échec, mais il faut les soutenir. »

Un autre Colfontaine

Toutefois, le cartel soutient pour sa part le lancement d’une recyclerie. Il pourrait même diminuer le montant de la taxe poubelle en guise de récompense, dans le cas où les citoyens participent à la campagne zéro déchet. « Nous avons une vision de Colfontaine dans 10-20 ans. Une vision dans laquelle la commune serait plus accessible à tout niveau : la culture, les commerces… », poursuit Cécile Dascotte. D’autres points leur tiennent particulièrement à cœur : la politique de la jeunesse entre autres. D’après l’opposition, la tranche d’âge 12-25 ans est fortement oubliée. « Nous portons ensemble un projet cohérent depuis 2012 », souligne la deuxième sur la liste.

Maria-Mercedes Dominguez ne serait pas la seule à rejoindre un autre parti puisque, bien qu’il s’en défende, Patrick Piérart rejoindra « Mons en Mieux ». L’opposition C.Plus ne semble pas vraiment surprise. « On voyait une certaine lassitude chez Patrick Piérart. Il ne croyait plus à ce qu’il faisait au conseil communal », conclut Cécile Dascotte.

Notre sélection vidéo