Accueil 7Dimanche L'actualité de 7Dimanche

Bonne nouvelle pour les écoliers du secondaire: la FWB double son intervention financière pour les aider à s’équiper d’un ordinateur

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a décidé de doubler l'intervention financière qu'il octroie depuis 2021 aux élèves du secondaire pour s'équiper d'un ordinateur.

La prise en charge passera ainsi 75 à 150 euros par élève, selon un communiqué du ministre du Budget, Frédéric Daerden.

La mesure vise à soutenir l'équipement progressif des quelque 360.000 élèves du secondaire en matériel informatique, selon le principe « un élève, une machine », afin de favoriser les apprentissages et réduire la fracture numérique.

« Un pour un »

Concrètement, les parents pourront dorénavant bénéficier d'une intervention de 150 euros pour l'achat ou la location d'un ordinateur, d'un notebook ou d'une tablette pour leur enfant.

Un fonds de solidarité est prévu pour les familles les plus précarisées, lesquelles pourront recevoir une aide complémentaire de l'école. Ce soutien de 150 euros ne sera toutefois alloué qu'à condition que l'établissement où est inscrit l'adolescent participe au programme « un pour un » lancé par la FWB, laquelle a élaboré à cet effet un cahier des charges précis à respecter par les écoles participantes.

À ce jour, plus d'une centaine d'écoles secondaires de la FWB (sur un total de quelque 500 écoles) se sont inscrites dans ce programme. Celui-ci avait été lancé en 2021. Doté d'un budget de 15 millions d'euros par an, il visait alors à accorder aux seuls élèves du secondaire supérieur une aide financière de 75 euros pour l'achat de matériel informatique.

Dès 2023, cette aide sera donc doublée et accessible à tous les élèves du secondaire. Lors du lancement du programme en 2021, tant la Ligue des familles que le réseau wallon de lutte contre la pauvreté avaient dénoncé le fait que les écoles puissent demander aux parents de débourser plusieurs centaines d'euros pour un ordinateur, dont la Fédération ne prenait en charge qu'une petite partie (75 euros à l'époque). Elles y voyaient un recul de la gratuité scolaire.

Notre sélection vidéo
Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Aussi en L'actualité de 7Dimanche

Voir plus d'articles