En ce momentCorruption au Parlement européenMercato Accueil Régions Bruxelles Actualité de la région de Bruxelles

Des Iraniens réclament à Bruxelles de placer les gardiens de la révolution sur liste noire

Une centaine de personnes de la communauté iranienne se sont rassemblées ce lundi matin sur le rond-point Schuman.

Plusieurs Iraniens, détenus dans le centre fermé de Steenokkerzeel, ont reçu un avis négatif pour leur demande d’asile le 14 décembre 2022. Ils ont participé à des manifestations dans les rues iraniennes contre le pouvoir en place et ont fui le pays pour rejoindre la Belgique par peur des représailles du régime. Ils craignent actuellement pour leur vie. Les hommes ont reçu des convocations de la police iranienne qui leur demande des explications sur «leur présence dans les émeutes et les troubles à l’ordre public», indique la RTBF.

FnJqBWhX0AEJ-VB
Twitter

«Il y a beaucoup d’Iraniens qui tentent de fuir le régime autoritaire et répressif en Iran. De manière globale, on demande au gouvernement belge de respecter le droit des réfugiés politiques en Europe», explique Ali Bagheri, organisateur du rassemblement.

Seconde action

Une action avait déjà été menée devant l’office des étrangers au début du mois de janvier pour appeler les autorités belges à accorder l’asile politique et respecter le droit des réfugiés politiques iraniens en Belgique. «Même les Iraniens qui habitent en Europe, hors de l’Iran, ont parfois peur de s’exprimer librement ou de montrer leur visage à cause des représailles du régime», ajoute Ali Bagheri.

Les manifestants étaient présents pour appeler le conseil européen des Affaires Etrangères à placer le GRI sur liste noire. «Les Iraniens pourront voir que dans le monde entier, leur voix a été entendue», précise Ali Bagheri. «Ils verront que l’UE qui défend les valeurs de la démocratie et de la liberté les soutient.»

L’ancien eurodeputé portugais, Paolo Casaca était également présent. «C’est très important pour l’Europe de lutter contre le terrorisme iranien dont le pilier est le Corps de gardiens de la Révolution Islamique», explique-t-il.

Les manifestants tenaient des pancartes avec le visage de Maryam Rajavi, leader de l’opposition en Iran.

Notre sélection vidéo
Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo A ne pas rater

Aussi en Bruxelles Actu

Voir plus d'articles