En ce momentCorruption au Parlement européenMercato Accueil Régions Luxembourg Actualité de la région du Luxembourg

Dépôts sauvages à Aubange: «Notre difficulté à nous, c’est la proximité des trois frontières»

Aubange doit composer avec les lenteurs administratives et des départs. Le bourgmestre, François Kinard espère que d’ici quelques mois, 4 personnes seront sur le terrain pour sanctionner ceux qui nuisent à l’image de la Ville.

Des images lamentables de déchets déposés dans les rues du centre d’Athus créent un écœurement de la population. Elles circulent sur les réseaux sociaux, avec tous les commentaires qui vont avec. Du personnel communal veille et ramasse chaque jour la crasse des malfrats. Mais bon sang de bon soir, quand est-ce que le personnel promis par la Ville sera dans les rues ? Le bourgmestre François Kinard et son Collège font tout ce qu’ils peuvent. Les lenteurs administratives sont une réalité avec laquelle il s’agit de composer.

Mais ça, les citoyens n’en ont que faire, ils veulent des résultats. Pas toujours simple d’être un homme politique, et encore moins dans les compétences des Travaux ou de l’Environnement. « Des recrutements doivent encore se faire, mais pas que pour ce service !, explique le bourgmestre François Kinard. On doit recruter et former ces gens pour être prêts à aller sur le terrain. Mais aussi à utiliser ces caméras, et avec la police, on lancera cette guerre aux dépôts sauvages. »

Une personne travaille avec la police

La Commune ne se repose pas sur ses lauriers, comme le sous-entendent certaines critiques. Un ras-le-bol compréhensible, d’ailleurs. « Nous développons une stratégie. Une personne a été recrutée par la Ville pour être détachée auprès de la zone de police afin d’avoir le contrôle par rapport au travail d’analyse des images. Pour être clair, les caméras nous appartiennent mais leur gestion dépend du chef de zone, on n’a pas la main dessus. C’est pourquoi nous devons détacher une personne. On a trouvé un accord positif pour tout le monde qui nous permet d’utiliser nos propres caméras, afin d’appliquer des sanctions communales concernant les dépôts sauvages grâce à ces images. Nous sommes occupés à rendre tout cela opérationnel. » La mise en place est donc en cours.

François Kinard, qui court partout, aime qu’Aubange avance et que les dossiers problématiques se résolvent, déplore les formalités et les lenteurs administratives : « Tout cela nous empêche d’avancer vite ! » Mais, lui et son échevin Vivian Devaux, ne lâchent rien.

Création d’une cellule « environnement »

« On a aussi recruté un médiateur pour gérer ces sanctions administratives », ajoute François Kinard. Nous ne sommes pas la seule commune à être confrontée à cela ! Quand je me balade ailleurs, on retrouve des dépôts similaires. Mais notre difficulté à nous, c’est la proximité des trois frontières. C’est un véritable enjeu transfrontalier. Chacun verse ses déchets dans le pays voisin. Avec les difficultés de poursuivre que ces frontières entraînent. »

Objectif donc pour la Ville d’Aubange : « Recruter encore trois personnes : deux gardiens de la paix et un éducateur de rue qui seront physiquement dans les rues. Les citoyens ne voient personne ? Nous voulons répondre à leurs inquiétudes. Ils vont voir des gens sur le terrain. »

Au niveau communal, à Aubange comme ailleurs, le recrutement, n’est pas une évidence. Dur dur de trouver de la main-d’œuvre.

« Avec l’agent constatateur, cela nous fera quatre personnes qui viendront en appui de la police », relève le bourgmestre. Ce n’est pas tout de recruter, il faut que ces gens soient opérationnels, il s’agira de les former ! Notre volonté politique de cette présence sur le terrain est marquée depuis un an, et mise au budget. La Commune doit faire face à des recrutements dans tous les services, on essaie d’avancer en parallèle dans tous les dossiers. Vivian Devaux et moi, faisons tout pour concrétiser. »

Notre sélection vidéo
Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo A ne pas rater

Aussi en Luxembourg Actu

Voir plus d'articles