En ce momentMiss BelgiqueCorruption au Parlement européen Accueil Actualités Belgique

«Une augmentation des factures d’énergie de 235 euros par an»: la réforme des accises ne passe pas auprès de l’opposition

Les partis d’opposition au fédéral PTB et N-VA ont dit mercredi tout le mal qu’ils pensent de la réforme de la facture énergétique proposée par le ministre des Finances Vincent Van Peteghem (CD&V).

«C’est incroyable que le gouvernement veuille augmenter les factures d’énergie de 235 euros par an pile au moment où les prix commencent enfin à baisser un petit peu», a réagi Raoul Hedebouw, président du PTB, dans un communiqué.

«Ce que le gouvernement a donné d’une main en baissant la TVA sur l’énergie, il essaie maintenant de le reprendre de l’autre avec les accises. C’est une vraie entourloupe. On ne va pas remplir le trou dans le budget avec les factures d’énergie des gens, mais avec une fiscalité équitable. Où est la réforme tant attendue du ministre des Finances, Vincent Van Peteghem?», s’interroge le président des communistes.

de videos

«La facture finale devient progressivement claire», affirme pour sa part la N-VA, également par voie de communiqué. «Le citoyen paiera 1,3 milliard d’euros de deux manières», selon le chef de groupe à la Chambre Peter De Roover.

«Grâce aux accises, une recette de 544 millions est attendue, alors que la réforme entraîne un déficit budgétaire supplémentaire de 761 millions d’euros.» «Donc, le Premier ministre De Croo avait tort lorsqu’il a affirmé que cette opération serait budgétairement neutre. La secrétaire d’État De Bleeker (qui a depuis lors démissionné, ndlr) était beaucoup plus proche de la vérité», ajoute le député nationaliste flamand Sander Loones.

Une entrée en vigueur qui n’a pas été discutée

«Le projet de réforme du ministre des Finances est conforme à l’accord du conclave d’octobre. Mais il avait été convenu que la date d’entrée en vigueur d’une réforme devait faire l’objet d’une discussion politique. Elle n’a pas eu lieu», regrette le vice-Premier ministre PS Pierre-Yves Dermagne dans une réaction à Belga.

Pour le ministre fédéral de l’Économie, ce projet de réforme «pose question quant à la prolongation ou l’arrêt des mesures de crises actuelles». Et Pierre-Yves Dermagne de citer les forfaits de base gaz/électricité, le chèque mazout ou l’élargissement du tarif social. «Qu’est-ce que l’on prolonge ? Qu’est-ce que l’on arrête ? Vincent Van Peteghem n’en dit rien. Cette discussion politique n’a donc pas encore eu lieu et nous ne sommes certainement pas d’accord pour dire que l’on arrête brutalement l’ensemble», souligne-t-il.

De son côté, le partenaire de majorité MR demande, via un tweet de son président Georges-Louis Bouchez d’"attendre le retour à la normale des prix avant d’agir.» «Le MR n’est jamais demandeur d’augmenter la fiscalité. Il faut surtout compenser la baisse de la TVA sur l’énergie par une augmentation du taux d’emploi et en supprimant les pièges à l’emploi», ajoute-t-il.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo A ne pas rater

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles