En ce momentConflit social chez DelhaizeVoléCorruption au Parlement européen Accueil Actualités Belgique

Après 40 ans, le réacteur Tihange 2 sera déconnecté du réseau mardi prochain

Après Doel 3, c’est au tour du réacteur nucléaire de Tihange 2, mardi, d’être définitivement déconnecté du réseau, après une carrière d’exactement 40 ans.

Le réacteur nucléaire de la ville liégeoise de Huy, sur les bords de la Meuse, a été mis en service en 1983. Pendant toutes ces années, la centrale – exploitée par Engie Electrabel – d’une capacité de 1 008 mégawatts a produit suffisamment d’électricité pour alimenter la Belgique pendant trois ans.

Au cours de toutes ces années, la centrale a également été arrêtée pendant de longues périodes. Des fissures ont été découvertes dans les parois en acier des cuves des réacteurs de Doel 3 et de Tihange 2 en 2012. Cela a valu aux deux centrales le surnom de « centrales à crack ». En réalité, il s’agit de flocons d’hydrogène dans l’acier. En 2013, Tihange 2 a été autorisé à redémarrer, pour être débranché quelques mois plus tard par mesure de précaution. Le redémarrage final n’a eu lieu qu’en 2015, après des enquêtes approfondies et le feu vert de l’organisme de surveillance nucléaire FANC.

Un arrêt majeur inattendu a également suivi en août 2018, après qu’une dégradation du béton a été détectée dans le bâtiment du bunker. Le réacteur a été arrêté pendant près d’un an.

Le mardi 31 janvier à 23h59, après une carrière de quarante ans, Tihange 2 sera définitivement mis à l’arrêt, conformément à la loi sur l’arrêt des réacteurs. La centrale ne produira alors plus d’électricité.

L’arrêt définitif se fera en toute sécurité, assure Antoine Assice, directeur des réacteurs de Tihange. Pour la centaine de personnes travaillant à Tihange 2, des emplois de remplacement seront proposés après la fermeture. Certains resteront en poste pour le démantèlement, d’autres pourront commencer à travailler à Tihange 1 et 3. « Il n’y a pas de perte d’emploi », assure le directeur.

Comme à Doel, la fin définitive sera également un moment difficile pour le personnel de Tihange. « Ce sera émouvant », a déclaré le haut responsable de Tihange.

Le démantèlement de Tihange 2, comme celui de Doel 3, coûtera environ un milliard d’euros. Cet argent provient des provisions nucléaires. Un montant total de 6,3 milliards d’euros est prévu pour le démantèlement des sept réacteurs.

Une fois le bouchon tiré sur Tihange 2, pour ainsi dire, il reste des montagnes et des années de travail. Il reste la phase de fermeture finale, qui pourrait durer jusqu’en 2027. Cela inclut le déchargement du réacteur. Cette étape sera suivie d’un véritable démantèlement et d’une démolition conventionnelle, qui sont prévus pour 2037.

Cela en fait le deuxième réacteur de notre pays à être définitivement déconnecté du réseau. En septembre de l’année dernière, Doel 3 a été débranché pour toujours. À partir du 1er février, nous devrons donc nous contenter des cinq réacteurs nucléaires restants. Ces centrales ferment normalement en 2025, mais Doel 4 et Tihange 3 bénéficient d’une prolongation de dix ans, suite à un accord entre le gouvernement et l’exploitant Engie Electrabel.

Notre sélection vidéo
Donnez votre avis sur le nouveau format de votre journal papier Sudinfo A ne pas rater

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles