En ce momentConflit social chez DelhaizeA la rédac Accueil Régions Bruxelles Actualité de la région de Bruxelles

Plus de 18.000 personnes à la manifestation du non-marchand à Bruxelles (photos)

Ils étaient 22.500, d’après les syndicats. «Cette manifestation est un grand succès», s’est réjoui le secrétaire national de la CNE, Yves Hellendorff.
Photos

Plus de 18.000 personnes – 22.500 selon les syndicats – ont battu le pavé dans la capitale mardi matin pour dénoncer les conditions de travail du secteur non-marchand, selon la zone de police Bruxelles-Capitale-Ixelles.

de videos

Le cortège s’est élancé aux environs de 10h30 à la gare du Nord de Bruxelles. Les militants ont défilé dans les rues de la capitale, arborant des banderoles aux slogans variés, tels que «Soignants fatigués, patients en danger», «Applaudir ne suffit pas» ou encore «"Soins de santé : des mains, du temps et de l’humain, Maintenant !». Un vent de fronde commun rassemblait toutes les personnes présentes venues pour dénoncer des conditions de travail devenues «intenables» et «inattractives». Même si la manifestation fut rythmée par quelques coups de pétards, celle-ci s’est déroulée dans le calme, avec une présence policière importante.

CNE, CSC Services publics, Setca, CGSP et CGSLB dénoncent le fait que ni le fédéral ni les entités fédérées n’ont prévu, dans leur budget 2023, de mesure de soutien pour les secteurs sociaux et de santé, qui rencontrent des difficultés à recruter. La crise du coronavirus a, qui plus est, exacerbé la pénurie déjà latente de personnel soignant.

« Désinvestissement chronique »

Face à ce «désinvestissement chronique», les organisations exigent des différents gouvernements un refinancement important de tous les secteurs du non-marchand. Cela afin de permettre des conditions de travail satisfaisantes (contrats stables, horaires stables et connus à l’avance, effectifs suffisants, remplacement immédiat et systématique du personnel absent, mise en place de mesures concrètes pour diminuer la charge mentale).

Les syndicats demandent également une meilleure conciliation du travail et de la vie privée et des salaires corrects garantissant un pouvoir d’achat décent pour tous, y compris pour les jeunes travailleurs, en début de carrière. En outre, les organisations souhaitent, via leur entremise, la prise en compte des avis des travailleurs dans les prises de décisions politiques.

Crédit photos : Belga

Donnez votre avis sur le nouveau format de votre journal papier Sudinfo A ne pas rater

Aussi en Bruxelles Actu

Voir plus d'articles