Abonnez-vous pour 1€

Peter Prendergast, l’arbitre de Brésil-Belgique en 2002 ne regrette pas l’annulation du but de Wilmots: «Bien sûr que je l’annulerais encore!»

L’arbitre Peter Prendergast signifie à Wilmots l’annulation de son but. @Reporters.
L’arbitre Peter Prendergast signifie à Wilmots l’annulation de son but. @Reporters.

Dans le souvenir de toutes celles et ceux qui ont assisté en direct au Brésil – Belgique de 2002, le simple nom de Peter Prendergast évoque un sentiment amer, mélange de tristesse et de dégoût. Seize ans après les faits, les supporters belges n’ont toujours pas compris la décision de l’arbitre jamaïcain d’annuler un but, qui semblait pourtant valable, de la Belgique.

On disputait alors la 36e minute d’un match serré, le score était encore de 0-0 (0-2 au final) quand Jacky Peeters, l’arrière droit, adressa un centre parfait en direction de Marc Wilmots. Ayant sauté plus haut que Roque Junior, le Hesbignon inscrivit, de la tête, un but superbe qui fut annulé dans la foulée par M. Prendergast pour une prétendue poussée préalable. Le Mondial des Belges était terminé, il fallait trouver un responsable. Rapidement, suite aux cris d’orfraie de la bande à Wilmots, qui affirma que celui-ci lui avait avoué son erreur à la mi-temps, des soupçons de corruption firent leur apparition çà et là, certains affirmant même que M. Prendergast s’était vu offrir un voyage à Rio de la part de la Fédération brésilienne. Affirmation que ce dernier réfuta en bloc.

Afin de définitivement enterrer cette histoire à quelques jours d’une revanche tant attendue face à la Seleçao, vendredi soir, nous avons retrouvé M. Prendergast, afin de lui donner la parole. Joint par téléphone en Jamaïque, mardi, il a expliqué sa vision des choses de cette décision, sur cette rencontre dont on lui parle encore régulièrement.

M. Prendergast, vous vous doutez bien de la raison pour laquelle un journaliste belge vous appelle…

Oui, et je n’ai aucun problème de vous donner ma version des faits mais avant toute chose, permettez-moi de féliciter l’équipe belge pour son incroyable match face au Japon. Quelle folie ! Je suis la Coupe du monde de très près. Je trouve d’ailleurs qu’elle est la meilleure qu’il m’ait été donné de voir depuis très longtemps. Selon moi, les Diables ont inscrit lundi le plus beau but du tournoi, collectivement parlant. En plus d’être décisive, cette reconversion offensive partie de votre gardien était juste parfaite.

Revenons alors à cette fameuse phase du but annulé en de 2002. Vous avez déclaré il y a quelques années que si c’était à recommencer, vous siffleriez à nouveau cette poussée de Marc Wilmots. Vous confirmez ?

« Bien sûr ! » Il explique et pointe la réaction de Wilmots du doigt.

Le troisième point a trait aux déclarations de Wilmots selon lesquelles vous lui auriez avoué votre erreur, non ?

Le problème, dans ce genre d’échec d’un « petit » pays face à une « grande » nation comme l’est le Brésil, c’est qu’on a souvent le sentiment que les dés sont pipés. L’arbitre est souvent alors pointé du doigt, pris comme victime expiatoire des frustrations…

En Belgique, on gardait à l’époque le souvenir de l’arbitre suisse M. Röthlisberger, qui en 1994 aux États-Unis, avait favorisé l’Allemagne avant d’être exclu du tournoi puis, plus tard, radié à vie par la Fifa pour avoir tenté de corrompre un arbitre biélorusse lors d’un match de Ligue des champions en 1997. L’amalgame entre vous deux a sans doute été fait un peu trop facilement…

Ce match face au Brésil, personne ne l’a oublié en Belgique, pour de mauvaises raisons. Et vous, il a changé quelque chose dans votre vie ?

►► L’intégralité de cette interview exclusive

► L’homme est aussi l’ex mari de la fille de Bob Marley ! Il est maintenant instructeur, mais aussi business man

►Voici ce qu’il pense du VAR  !

Foot amateur et chez les jeunes

Notre sélection vidéo