Près de 3.000 caméras intelligentes dans 2 ans: le nombre de caméras ANPR capables de «tracer» vos déplacements va fortement augmenter

Près de 3.000 caméras intelligentes dans 2 ans: le nombre de caméras ANPR capables de «tracer» vos déplacements va fortement augmenter

Jusqu’à 3.000 caméras intelligentes vont être placées sur les autoroutes du pays afin de contrôler les immatriculations des véhicules, a indiqué le ministre de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA) dans une réponse au député MR Philippe Pivin. Bien plus que les 1.000 caméras qui sont en train d’être installées par la police fédérale.

Ces caméras ANPR pour Automatic Number Plate Recognition permettent d’identifier les plaques d’immatriculation en continu. Elles peuvent être fixes ou mobiles et sont déjà utilisées par la police fédérale et plusieurs zones locales.

Cet important réseau de caméras intelligentes a pour objectif d’aider à lutter contre la criminalité et le terrorisme, mais aussi de détecter les excès de vitesse. La Sûreté de l’État aura également accès au réseau.

Une première phase comprend l’installation d’un millier de caméras sur environ 300 sites. La phase deux (154 sites) autoroutiers) a été commandée le 3 janvier 2018 et la phase trois (120 à 150 sites) sera commandée plus tard cette année, selon la réponse du ministre Jambon. Le projet devrait être finalisé mi-2020.

Le contrat a été confié à une association commerciale entre l’opérateur télécom Proximus et l’entreprise de signalisation Trafiroad (ancien Group Janssens).

Tout en roulant, l’ANPR enregistre jusqu’à 3.600 images par seconde. Mais c’est sur autoroute que les auteurs de délits devront particulièrement se méfier.

Après une première phase d’installation, les 2e et 3e phases vont bientôt accélérer le mouvement.

Quarante endroits seront concernés en Wallonie.

Notre sélection vidéo