Abonnez-vous pour 1€

En cas d’accident, ces bons réflexes peuvent sauver des vies: «Ne jamais donner de l’eau et aider la victime la plus silencieuse»

Photo d’illustration
Photo d’illustration - Facebook

Il faut en premier lieu rappeler qu’aider une personne dans le besoin est un devoir civique. Même lorsque vous pensez que la situation vous dépasse, il est toujours possible d’aider les services de secours. Des gestes simples et ne nécessitant aucune compétence médicale sont à mettre en œuvre sur les lieux d’un accident comme sécuriser l’environnement et baliser l’endroit du sinistre, par exemple. Luc Beaucourt, urgentiste et employé au centre d’urgence du VAB a détaillé les bons réflexes à avoir au Nieuwsblad.

Se garer derrière les véhicules accidentés

Il faut toujours se garer derrière l’accident car trop de collisions se sont déjà produites lorsque les personnes se garaient devant l’accident, rapporte Luc Beaucourt. En vous garant derrière, vous pouvez signaler l’accident aux autres automobilistes. Une fois stationné, la première chose à faire est évidemment prévenir les services d’urgence au 112. Il est très important de fournir une localisation la plus précise possible afin que les services d’urgence puissent se rendre rapidement sur les lieux.

La position latérale de sécurité (PLS)

Le mieux est toujours de coucher les blessés sur le côté et jambes croisés, en PLS, surtout lorsqu’ils sont inconscients. De cette façon, les voies respiratoires sont dégagées et cela évite qu’ils ne suffoquent. Vous pourriez également être tenté de tapoter les joues de la victime pour éviter qu’elle ne perde connaissance. Cette technique ne peut pas faire de mal et permet de vérifier qu’une personne réagisse toujours. Toutefois, ça n’empêchera pas un blessé avec un grave traumatisme crânien de tomber inconscient de toute façon.

Ne pas donner à boire aux blessés

Selon Luc Beaucourt, donner à boire aux victimes est une mauvaise idée. Tout d’abord, cette dernière pourrait s’étouffer. De plus, lorsqu’un blessé doit subir une intervention chirurgicale rapide, il est préférable qu’il soit le plus à jeun possible. La victime pourrait également saigner de l’intérieur, auquel cas il ne faut pas non plus qu’elle boive. Il n’est pas d’ailleurs pas nécessaire de donner à boire, la plupart des victimes auront bu avant leur accident. Ce mauvais réflexe est donc à bannir.

Bander les plaies saignantes

Il est vital de stopper l’hémorragie. Si la victime saigne, vous ne devez pas hésiter à lui bander ses plaies, voire lui faire un garrot si nécessaire. Les blessures qui saignent le plus sont évidemment les plus importantes à arrêter. Si vous ne disposez pas de matériel de premier secours, cela peut être fait avec des vêtements ou des mouchoirs. N’ayez pas peur de serrer ou d’appliquer directement dans les plaies.

Le bouche-à-bouche

Même si vous n’avez jamais eu l’occasion de pratiquer le bouche-à-bouche auparavant, n’ayez pas peur d’essayer. Il est crucial de maintenir la respiration d’une personne inconsciente en marche. Pressez le nez de la personne blessée, respirez profondément, mettez votre bouche sur sa bouche et soufflez l’air dedans. Puis appuyez sur sa poitrine. Ce protocole est relativement simple et pourrait vous permettre de sauver une vie. Vous pouvez également desserrer les boutons supérieurs d’une chemise ou d’un chemisier, de sorte qu’il y a moins de pression sur les voies respiratoires.

Aider en premier lieu les victimes les plus silencieuses

Les victimes qui crient n’ont pas de difficultés à respirer. À l’inverse, celles qui sont silencieuses sont peut-être à bout de souffle ou éprouvent des difficultés respiratoires. Il est donc préférable de s’inquiéter d’abord de ces dernières.

S’il n’y a pas d’incendie ou d’autre danger imminent, vous pouvez laisser la victime dans le véhicule

Si vous ne savez pas le faire correctement, il est parfois plus judicieux de laisser les services de secours s’en occuper. De même si vous voulez retirer le casque d’un motocycliste. Enfin, si l’airbag ne s’est pas dégonflé et que vous estimez que la victime est en détresse, vous pouvez le percer.

Notre sélection vidéo