Abonnez-vous pour 1€

Le Premier ministre Charles Michel veut retirer une partie de la dotation du Prince Laurent après son dernier faux pas

Le Premier ministre Charles Michel veut retirer une partie de la dotation du Prince Laurent après son dernier faux pas
News.cn

Le Premier ministre belge Charles Michel va entamer une procédure afin de réduire la dotation du prince Laurent de Belgique, connu pour ses écarts, incriminé pour avoir rencontré sans autorisation des responsables étrangers, a-t-on appris lundi de source gouvernementale.

D’après nos confrères flamands du Standaard, la N-VA, l’Open VLD et les Jeunes CD&V préconisent quant à eux pour le retrait définitif de sa dotation annuelle estimée à 308.000 euros.

Le frère cadet du roi Philippe, âgé de 53 ans, avait été photographié en juillet en costume militaire à l’ambassade de Chine à Bruxelles lors d’une cérémonie à l’occasion du 90e anniversaire de la fondation de l’armée chinoise, une image qu’il avait lui-même publiée sur Twitter.

Or, toute rencontre officielle d’un membre de la famille royale avec des dignitaires étrangers est soumise à l’autorisation préalable du gouvernement, rappelle-t-on dans l’entourage de Charles Michel.

Le Premier ministre, qui s’est entretenu dans la matinée avec le roi, «a annoncé qu’il allait enclencher une procédure de sanction» à l’encontre du prince Laurent, qui pourrait aboutir à une diminution de sa dotation annuelle de 308.000 euros, souligne cette même source.

Il s’agit selon elle du «quatrième rappel à l’ordre» à l’encontre du représentant de la famille royale depuis l’entrée en fonction de M. Michel fin 2014.

«C’est en concertation avec le roi que Charles Michel a pris la décision de demander une sanction», a indiqué de son côté le Palais royal, cité par l’agence Belga.

Le prince Laurent a toujours eu du mal à trouver sa place au sein de la famille royale, dont il est depuis sa prime jeunesse considéré comme «l’enfant terrible», en raison notamment de ses nombreux excès de vitesse et de déclarations iconoclastes.

Depuis l’abolition en 1991 de la loi salique qui réservait le trône à un descendant masculin, il n’a fait que reculer dans l’ordre de succession, dont il occupe actuellement la 12e place.

Notre sélection vidéo