Les chaudières au mazout seront-elles vraiment interdites ?

Les chaudières au mazout seront-elles vraiment interdites ?

Tout a commencé avec le Pacte énergétique fédéral qui préconisait l’interdiction de la vente de chaudières au mazout à partir de 2035. Puis, le gouvernement flamand, début juillet, annonçait, lui, la date de 2021 ! Et Bruxelles 2025. Autant dire… demain. Les propriétaires de chaudières au mazout doivent-ils s’inquiéter ?

 

L’utilisation des chaudières au mazout n’est pas concernée

Vous vous chauffez au mazout ? Rassurez-vous, vous pourrez continuer à le faire. La mesure concerne en effet la vente des chaudières au mazout, pas leur utilisation. Toutefois, quand viendra le moment de changer votre chaudière, vous devrez envisager d’autres options (lire ci-après).

 

Quand l’interdiction des chaudières au mazout entrera-t-elle en vigueur ?

 

Que les choses soient claires : aucun texte légal n’a encore été définitivement adopté. Ni par le fédéral, ni par les Régions. Le fédéral est compétent pour réglementer la vente des chaudières ; les Régions peuvent en interdire l’utilisation et l’installation. Chacun avance néanmoins sa date…

 

2035 pour le Pacte énergétique fédéral ;

2021 en Flandre pour les constructions neuves et les rénovations lourdes. Les autres types d’habitation ne seront pas concernées avant 2035 ;

2025 à Bruxelles pour tous les bâtiments ; le gouvernement bruxellois envisage d’octroyer une prime pour le remplacement de la chaudière à mazout entre 2012 et 2025 ;

2035 en Wallonie. Là aussi, des aides financières pourraient être prévues. Et des exceptions prévues pour certaines zones rurales reculées.

 

Quelles options pour remplacer sa chaudière au mazout ?

« La solution la plus facile pour de nombreux ménages – 1,5 million de Belges se chauffent au mazout – sera de passer du chauffage au mazout au gaz naturel, assure Paul De Vylder, expert énergie chez ENGIE. Conduits et radiateurs sont en effet compatibles. L’investissement consistera à remplacer la chaudière et à prévoir le raccordement au réseau de gaz naturel  ». Chez Elke, « une journée de travaux a suffi pour remplacer notre chaudière au mazout par une chaudière au gaz »,témoigne-t-elle. « Les experts chauffage d’ENGIE se sont occupés_de tout, même de la demande de raccordement au gaz naturel avec le gestionnaire de réseau. »

 

Paul De Vylder, expert énergie chez ENGIE

 

Quid si le gaz naturel ne passe pas dans votre rue ? Installer une citerne à gaz aérienne ou enterrée. Le gaz sera alors du propane, pas du gaz naturel.

« Les options ne se limitent toutefois pas au gaz », souligne Paul. Et l’expert de citer les autres possibilités :

 

> une pompe à chaleur. « L’investissement est plus conséquent (50 à 100% de plus qu’une chaudière à mazout ou au gaz), note-t-il. Cette technologie puise son combustible dans l’air, la terre ou les nappes souterraines. Toutefois, une pompe à chaleur consomme pas mal d’électricité pour fonctionner. Donc la combiner avec des panneaux solaires est une bonne idée. » ;

> une chaudière à pellets ou biomasse, « compatible avec votre ancienne installation de chauffage au mazout ».

> un chauffage électrique couplé à des panneaux solaires ;

… qui ne sont que quelques possibilités sur les 9 systèmes de chauffage que l’on vous présente ici.

 

Les solutions sont nombreuses mais toutes auront, c’est vrai, un impact sur le budget des ménages concernés. Néanmoins si votre chaudière au mazout approche des 15 ans, moment à laquelle son rendement décline, la remplacer et anticiper l’interdiction de vente a un intérêt. Besoin d’aide et de conseils pour remplacer votre chaudière, ENGIE vous conseille. Demandez la visite d’un expert chauffage !