Microsoft inaugure sa nouvelle «maison» à Brussels Airport, où l’innovation sera stimulée

Microsoft inaugure sa nouvelle «maison» à Brussels Airport, où l’innovation sera stimulée
Photonews

Deux tiers des 2.000 mètres carrés y sont dédiés aux partenaires, clients, startups, élèves et étudiants afin de favoriser la co-création et l’innovation dans le domaine de l’intelligence artificielle (IA). Les 400 employés de la division belge de l’entreprise américaine qui y sont basés ne sont pas oubliés, avec un bâtiment rempli des toutes dernières technologies.

Jusqu’au début octobre, les bureaux de Microsoft se trouvaient également à Zaventem, mais le long du ring de Bruxelles. A présent, l’entreprise est installée sur le site de l’aéroport, à l’image du bureau de consultance Deloitte et du cabinet d’audit KPMG, qui y sont déjà depuis plusieurs mois.

«Pourquoi là? Parce qu’il n’y avait pas pléthore de choix en termes d’offre qualitative de bureaux. On était aussi obligés d’être dans du neuf avec nos nouvelles technologies», répond Didier Ongena, directeur général de Microsoft Belgique et Luxembourg. «Et puis, il y avait la question de la mobilité nationale et internationale, facilitée par nos installations. Je fais d’ailleurs face à la première génération d’employés qui ne sont pas du tout intéressés par une voiture de société.»

Cette nouvelle «maison», dont le projet remonte à plus de deux ans, est désormais bien plus qu’un simple lieu de travail, souligne-t-on. Les deux tiers de l’espace y sont ainsi consacrés aux partenaires, clients, startups, élèves (avec des premiers cours de codage) et étudiants, alors que la logique était inverse dans les anciens bureaux, où les employés occupaient l’essentiel des lieux.

«Les gens ont envie de réfléchir ensemble dans un monde tellement disruptif», résume Didier Ongena. Et on voulait un bâtiment vraiment à la pointe, un peu le ’what’s next?’ pour le secteur.

Les collaborateurs de Microsoft disposent ainsi de 123 postes de travail et de 160 autres places dans 43 salles de réunion, toutes aux accents belges via des références culturelles ou alimentaires.

L’intelligence artificielle y est le fil rouge, dans l’objectif de stimuler la co-création et l’innovation. Le but est aussi d’aider les femmes et les hommes à réaliser plus et à contribuer à soutenir la force concurrentielle des entreprises belges, explique Didier Ongena.

Selon ce dernier, «l’IA va pouvoir aider à régler une classe de problèmes qui n’a pas encore été résolue jusqu’à présent».

Le bâtiment abrite aussi un ’Microsoft Technology Center’, qui propose des présentations et des démos pour aider les entreprises à appréhender l’impact de la technologie et de l’IA sur leurs activités, mais aussi un laboratoire de l’internet des objets (IoT).

Les start-ups peuvent y saisir des opportunités, afin par exemple d’améliorer les prises de décisions durant des opérations médicales ou de développer (par une équipe de Microsoft Belgique) une application permettant aux malvoyants de prendre de belles photos.

Les locaux sont conçus selon une méthode de travail par activité afin de fournir l’environnement idéal pour la tâche ou le travail des collaborateurs.

Les nouvelles installations utilisent également des capteurs intelligents et l’IA pour aider les collaborateurs dans leur travail quotidien. La technologie y est «omniprésente mais discrète». Une application permet par exemple de trouver facilement ses collègues et les salles de réunion libres et un logiciel aide le personnel à mieux comprendre et gérer son travail.

Enfin, l’objectif est aussi de développer les compétences numériques en Belgique, notamment en donnant aux enfants une première expérience en programmation.

Notre sélection vidéo