Les infirmiers s’opposent au projet de Maggie De Block d’étendre la profession d’aide-soignant

Les infirmiers s’opposent au projet de Maggie De Block d’étendre la profession d’aide-soignant

L’association représentative de la profession a rencontré la ministre la semaine dernière et les détails exposés ne lui ont pas convenu.

Selon l’Union générale, Maggie De Block projette de modifier l’arrêté royal fixant les activités infirmières pouvant être effectuées par des aides-soignants et dans quelles conditions. Pour étendre la profession d’aide-soignant, la ministre souhaiterait ajouter « 150 heures de formation complémentaire » à celle de base, explique l’association. Les aides-soignants « pourront ainsi réaliser certaines activités infirmières sous la supervision de celles-ci ».

Pour l’Union, ce projet est « inacceptable ». Les 150 heures de formation supplémentaires sont jugées insuffisantes « pour assurer la qualité des soins et la sécurité des patients ». Elle propose, pour permettre aux aides-soignants de poser davantage d’actes, une formation de 1.280 heures, allant de pair avec « un nouveau titre, une nouvelle fonction et un barème adéquat ». Sans cela, il ne faudrait alors « rien changer ni aux activités, ni au titre de l’aide-soignant actuel ».

L’association représentative souligne que le Conseil fédéral de l’art infirmier et la Commission technique de l’art infirmier, « deux organes d’avis officiel », ont également rejeté le projet de la ministre.

L’UGIB a rencontré le cabinet de Mme De Block le 5 décembre dernier, indique-t-elle. Le projet d’arrêté royal a été présenté alors qu’elle n’avait « reçu aucun document de travail au préalable à propos de ce projet afin de pouvoir donner son avis de manière éclairée », déplore-t-elle encore.

Notre sélection vidéo