Abonnez-vous pour 1€

Voici pourquoi le TEC va devoir débourser 100.000 euros pour réimmatriculer tous les bus wallons

Tous les bus des Tec vont être nouvellement immatriculés.
Tous les bus des Tec vont être nouvellement immatriculés. - Vincent Lorent

Les tournevis ne chôment pas dans les ateliers de maintenance du Tec. Toutes les plaques d’immatriculation des 1.770 bus en service doivent être changées, ainsi que de tous les autres véhicules utilisés par les contrôleurs et le personnel de manière générale. En tout, le parc ne représente pas moins de 2.200 véhicules.

« À ce stade, nous avons reçu près de 2.000 nouvelles plaques. Pour ce qui est des 250 dernières, tout devrait être en ordre pour ce 1er janvier, date d’entrée en vigueur de la réforme », indique Stéphane Thiery, directeur du marketing et porte-parole du Groupe Tec. Sous l’impulsion du gouvernement, le gouvernement wallon a voté la réforme du Groupe Tec au printemps dernier. Les cinq sociétés d’exploitation (Tec Hainaut, Tec Charleroi, Tec Liège-Verviers, Tec Brabant wallon et Tec Namur-Luxembourg) disparaissent. Elles sont absorbées par la Société régionale wallonne du transport (SRWT), rebaptisée Opérateur de transport de Wallonie (OTW).

Jusqu’à présent, les bus étaient inscrits au registre d’entreprise des différentes sociétés d’exploitation. Dans quelques jours, ils entreront officiellement dans le giron de l’OTW. Et comme le propriétaire change, il faut tous les réimmatriculer. «  Nous avons obtenu des facilités administratives auprès de l’immatriculation pour ne pas devoir refaire la procédure à chaque plaque et les recevoir séparément », précise Stéphane Thiery.

Ce n’est pas tout  : les bus vont également devoir repasser le contrôle Technique.

► Chauffeurs, assureurs… De nombreux intervenants ont dû être prévenus !

Notre sélection vidéo