Abonnez-vous pour 1€

Après un début de manifestation bon enfant, les premiers heurts ont éclaté entre «gilets jaunes» et forces de l’ordre

AFP
AFP

Après une déambulation dans le calme depuis les Champs-Elysées, les «gilets jaunes» avaient convergé sur la place de l’Hôtel de Ville d’où ils devaient s’élancer pour rejoindre l’Assemblée nationale. Les heurts, qui ont provoqué de légers mouvements de foule, ont toutefois freiné leur progression, a constaté une journaliste de l’AFP.

Des manifestants ont toutefois commencé à traverser dans le calme la Seine pour rejoindre le quartier Saint-Michel et se diriger vers l’Assemblée.

«On se fait gazer direct», a regretté auprès de l’AFP un jeune de 32 ans originaire de l’Aube, lunettes de protection sur la tête et écharpe remontée sur ne nez.

Un mégaphone passe de main en main, sous la surveillance lointaine de fourgonnettes de CRS stationnées aux deux extrémités de l’artère parisienne, devenue un lieu symbolique du mouvement qui fait trembler l’exécutif depuis un mois et demi.

« Ça va continuer tout 2019 »

« On reviendra jusqu’à ce que Macron cède. Nous on veut le RIC (référendum d’initiative citoyenne) et des mesures pour le pouvoir d’achat », lance Belinda, une femme au foyer de 31 ans, venue manifester pour la deuxième fois. « A la moitié du mois, on a déjà plus rien. Côté loisirs, bah y’en a pas ».

Comme ses comparses, Sophie, une des figures de ce groupe, n’est convaincue par aucune des mesures annoncées par l’exécutif pour éteindre la fronde. « On va manifester ici tous les samedis, ça va continuer tout 2019 », déclare-t-elle devant la petite assemblée. « On va faire en sorte que les citoyens reprennent le pouvoir. On veut des états généraux organisés par le peuple et pour le peuple ».

D’abord une petite dizaine, le petit groupe grossit progressivement et tente aux alentours de 11H00 de descendre les Champs-Elysées en direction de la place de la Concorde. La circulation est bloquée et les manifestants se retrouvent face à un cordon de CRS. La tension monte avant de retomber aussi vite.

Pas avec un manteau de vison !

Désormais fort d’environ 1.500 personnes, le cortège se dirige finalement vers le quartier de la gare Saint-Lazare. Une statue du baron Haussmann est recouverte d’un gilet jaune par un manifestant fier de son effet.

Simone, 84 ans, porte un manteau de vison et un regard bienveillant sur le mouvement. « C’est très bien mais je vais pas aller manifester avec mon manteau de vison, ils pourraient me le prendre », sourit-elle. « Je trouve le cortège très correct, très calme, de toute manière, je ne vois pas qui pourrait encore voter pour Macron », ajoute-t-elle.

Comme toujours depuis le début du mouvement, le chef de l’Etat est la cible privilégiée des manifestants qui réclament à cors et à cris sa « démission » quand ils ne profèrent pas quelques insultes salaces à son égard. Le défilé se déroule toutefois dans le calme et aucun heurt n’a pour l’heure opposé les manifestants aux forces de l’ordre, qui encadrent de loin le cortège. « C’est beaucoup plus calme aujourd’hui », confirme Florentin, qui sait de quoi il parle : il fait partie de ces « street medics » qui portent assistance aux manifestants blessés lors d’affrontements avec la police.

T-shirt blanc barré d’une inscription « medic » dessinée au feutre noir, ce jeune homme de 27 ans a peu à faire aujourd’hui. « On s’occupe d’habitude de tout ce qui va de petits bobos au gazage extrême. On file du sérum physiologique et on extrait les blessés de la foule », raconte-t-il. Autour de lui résonnent les sifflets et les bruits de pétards.

« Occupez-vous de Benalla »

L’interpellation mercredi soir d’Eric Drouet, une des figures du mouvement, a les honneurs d’une pancarte. « Oubliez Eric Drouet, occupez-vous de Benalla », proclame-t-elle, en référence à l’ancien collaborateur de l’Elysée.

Le cortège fait alors une halte sur la place de la Bourse, où fusent quelques slogans hostiles à l’AFP, avant de se diriger vers l’Hôtel de Ville où un autre rassemblement est prévu.

Notre sélection vidéo

Découvrez l'ensemble de nos concours Diables rouges ! Maillot dédicacé, polos, montres, écharpes, ... - Sudinfo.be