Abonnez-vous au journal de votre région et recevez en cadeau une montre connectée Samsung Galaxy Watch4 ou un robot multifonction Domo

Christophe Dettinger réagit après avoir frappé des gendarmes lors de l’Acte VIII des Gilets jaunes à Paris: «La colère est montée en moi!» (vidéo)

Vidéos
Christophe Dettinger réagit après avoir frappé des gendarmes lors de l’Acte VIII des Gilets jaunes à Paris: «La colère est montée en moi!» (vidéo)
DR

De nombreux incidents ont éclaté en marge de la huitième manifestation des gilets jaunes à Paris ce samedi 5 janvier. Un accrochage en particulier fait le buzz sur les réseaux sociaux. Sur une vidéo publiée par Line Press , on y voit un homme, vêtu de noir et sorti de nulle part, en train de boxer violemment un CRS… à main nue.

L’homme, devenu une star sur les réseaux sociaux parmi les Gilets jaunes, s’est présenté ce lundi à la Sûreté territoriale à Paris avec son avocat, annonce ce lundi midi Franceinfo, d’une source policière. Une perquisition a été menée à son domicile.

Néanmoins, ce lundi, nous apprenons que le boxeur aurait voulu protéger une femme des gendarmes. Pour Jacky Trompesauce, son ancien coach de boxe, « les images que j’ai vues ne montraient pas le Christophe Dettinger que je connais ». Au micro de Jean-Jacques Bourdin, l’entraîneur a d’ailleurs dévoilé un élément qui va probablement tout changer : « Il y a eu un élément déclencheur à son attitude, dont j’ai pris connaissance cette nuit. On m’a téléphoné en me disant « le boxeur m’a défendu ». Une femme aurait été agressée par les CRS » a-t-il expliqué sur RMC.

« Je conseille à Christophe de se rendre auprès de la police le plus vite possible » a continué Jacky Trompesauce. L’homme encourt une peine de 5 ans d’emprisonnement.

Le boxeur s’explique

Dans une vidéo publiée par Le Parisien, Christophe Dettinger a tenu à s’expliquer sur cet incident qui divise actuellement la France. Ce samedi, le boxeur était, comme tous les autres gilets jaunes, dans les rues de Paris afin de manifester « pour le futur de ses enfants ». Mais tout ne s’est pas passé comme prévu :« Je me suis fait gazer avec mon amie, j’ai voulu avancer sur les CRS (…), la colère est montée en moi j’ai mal réagi » explique-t-il assurant s’être simplement défendu.

« Je ne suis pas d’extrême gauche, je ne suis pas d’extrême droite, je suis un Français, j’aime mon pays, j’aime ma patrie »a-t-il également précisé.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo