Roger, Gilet jaune tué par un camion à Visé: le véhicule retrouvé vide aux Pays-Bas, le chauffeur de 56 ans en fuite, la thèse de l’accident écartée!

Vidéo
© DR
© DR

Roger Borlez, 50 ans, de Liers est le premier Gilet jaune actif qui perd la vie depuis le début des manifestations en Belgique. La victime, chauffeur de camions chez Intradel, et son épouse Jacqueline faisaient partie du groupe d’une vingtaine de Gilets jaunes qui avaient organisé un barrage filtrant sur l’autoroute E25 Liège-Maastricht ce vendredi soir peu après la sortie Visé, comme une semaine auparavant.

Ils avaient installé des palettes et des pneus sur une bande de circulation et laissaient passer les voitures mais bloquaient les camions. C’est ainsi qu’un camion de huit tonnes, immatriculé aux Pays-Bas, s’est arrêté à ce barrage, avant d’emprunter la voie des voitures qui avançaient.

Roger et un ami se sont dirigés vers ce camion pour demander au chauffeur de s’arrêter. Roger a frappé sur la vitre latérale du camion qu’il a brisée. Le chauffeur du camion a alors redémarré et a accéléré en écrasant Roger Borlez sous les yeux de son épouse ! L’ami de Roger a juste eu le temps de s’écarter pour ne pas être écrasé à son tour.

Un médecin légiste s’est rendu sur les lieux et a constaté le décès de Roger, victime de multiples fractures.

Un expert en roulage s’est également rendu sur les lieux mais il n’y avait plus de camion. Car en réalité, le camion ne s’est jamais arrêté et le chauffeur n’a pas été sommé par la police de s’arrêter au parking suivant puisque la police n’était pas sur les lieux au moment des faits.

Ce samedi en début de soirée, lors d’une conférence de presse organisée par le parquet de Liège, l’on apprenait qu’avec la collaboration de la police hollandaise, le poids lourd avait été retrouvé vendredi soir, abandonné sur un parking, aux Pays Bas près de Tilburg. Le camion a été saisi.

Le chauffeur, un Hollandais âgé de 56 ans, ne s’y trouvait pas : il a pris la fuite.

«  L’enquête débute. Nous sommes dans un cadre émotionnel. Le chauffeur devra répondre de coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner », a précisé Catherine Collignon premier substitut du procureur du Roi de Liège. La thèse de l’accident est donc écartée. Le parquet indique toutefois qu’il est «  trop tôt pour qualifier ces faits de meurtre ».

Le dossier allait être mis à l’instruction et un mandat d’arrêt européen allait être lancé à son encontre.

Notre sélection vidéo