Harcèlement de rue : comment le contrer ?

Harcèlement de rue : comment le contrer ?

Le harcèlement, c’est quoi ? Il naît d’une situation où le/la destinataire exprime un refus (quelle que soit la façon dont celui-ci est formulé) non reconnu par l’autre personne qui insiste. La personne à l’origine du harcèlement impose à la victime un climat de peur et d’hostilité. S’installe alors une relation de pouvoir entre les deux personnes qui ne communiquent plus d’égal à égal. Dans les lieux publics comme la rue, les parcs, les salles de sport, les transports en commun ou encore le cinéma, le harcèlement se manifeste de différentes manières : sifflements, grognements et bruits en tous genres, commentaires déplacés, insultes, contacts physiques, attouchements sexuels, frottements, exhibitionnisme…

« Il n’existe pas de portrait type de l’auteur de harcèlement. D’après les témoignages, les personnes qui harcèlent sont de tous les âges, toutes les origines, toutes les religions, tous les métiers et sont issus de tous les milieux socio-culturels », explique Eloïse Malcourant, chargée de communication et responsable éducation permanente à la Fédération des Centres de Planning Familial des FPS.

Sexisme ordinaire

Que sait-on des victimes ? Ce sont majoritairement les femmes qui font les frais des remarques ou d’actes qualifiés de « sexisme ordinaire ». Ces comportements sont le reflet des rapports de pouvoir et du patriarcat constitutifs de notre société.

Le harcèlement a des conséquences chez les victimes. Pour « composer avec le harcèlement de rue », les stratégies d’évitement développées au quotidien par les femmes sont multiples comme, par exemple, ne plus porter un certain type de vêtement ou faire des détours pour éviter une rue ou une autre. « Ces comportements révèlent en filigrane que les femmes ne se sentent ni à l’aise ni à leur place dans l’espace public (rue, tram, métro, parc, piscine, etc.). Ces tactiques riment avec limitation de la liberté et violence genrée », ajoute-t-elle.

Vient parfois s’ajouter à cela, une culpabilisation de la victime par l’entourage et/ou la société : « Que faisais-tu à cette heure-là à cet endroit ? », « Elle portait une jupe ! », « Elle lui sourit ! » ou encore « Moi à ta place, plutôt que de rentrer en bus, j’aurais pris un taxi ! »…

Société inégalitaire

Au-delà des conséquences de ces actes ou de la violence qui peut être ressentie par les victimes, ces situations de sexisme ordinaire sont l’illustration d’inégalités « intégrées » dans l’espace public et à plus large échelle dans la société toute entière.

Comment y remédier ? Considérer le harcèlement dans l’espace public comme une banalité, même dans ses aspects les plus modérés, c’est accepter les autres formes de violence genrée et sexuée, produit d’une société inégalitaire. « Il faut donc s’y attaquer de manière transversale et continue, par exemple, en s’interrogeant sur la source de ces comportements. Il nous semble indispensable d’inciter les personnes à poser un regard critique sur le phénomène », précise encore Eloïse Malcourant.

Harcèlement: que dit la loi belge ?

En Belgique, la discrimination fondée sur le sexe est interdite et punissable. Cela veut dire que toute personne qui harcèle sexuellement une autre personne (en rue comme ailleurs) pourrait être sanctionnée. En effet, depuis la loi contre le sexisme entrée en vigueur le 3 août 2014, tout geste ou comportement qui méprise gravement et publiquement une personne en raison de son sexe, peut entrainer des poursuites devant le tribunal correctionnel. Si le juge reconnait la gravité des faits, il pourra éventuellement prononcer une peine de prison de 1 mois à 1 an et/ou une amende administrative de 50 à 1.000 euros.

Petit guide illustré du respect dans la rue (ou ailleurs)

Le harcèlement de rue, dans les transports publics ou ailleurs, existe. Au-delà de ce constat, quelles solutions adopter ? Marre de serrer les dents, de mettre la musique à fond et de regarder vos pieds ? Plus envie de le banaliser et de faire « comme si de rien n’était » ? Ras-le-bol d’être témoin de ces situations sans savoir comment réagir ou sans oser le faire ? Où se situe la frontière entre drague et harcèlement ? Quels sont les mythes qui circulent autour du thème?

Le « Petit guide illustré du respect dans la rue (ou ailleurs) » propose des réponses à ces questions. Cette brochure s’adresse aux victimes, aux témoins de harcèlement dans l’espace public et à toute personne qui s’interroge sur ses techniques de drague, sur le sexisme ordinaire, sur le respect de soi et des autres, Elle rassemble des conseils et des stratégies efficaces glanés chez Garance Asbl, Hollaback et autres sites internet ou Tumblr spécialisés en la matière. Cette brochure est disponible en ligne sur www.planningsfps.be, en version papier dans les centres de planning familial des Femmes Prévoyantes Socialistes ou auprès de la FCPF-FPS.

Notre sélection vidéo